Success-story

Outreau : il a multiplié par 20 son nombre de salariés

Adem Beyazit, à la tête d’une centaine de salariés, a jeté son dévolu sur Outreau pour y construire le siège de son groupe.

Le long du boulevard Splingard vendredi midi, l’inauguration d’un site – construit à vitesse grand V en dépit d’une bombe de la Seconde Guerre mondiale déterrée sur le chantier – a drainé un parterre de personnalités locales. Chaque autorité y est allée de son petit mot depuis l’estrade de fortune. « Une pépite du territoire ! », loue le sous-préfet Jean-Philippe Vennin. Le président de l’agglo, Frédéric Cuvillier, a lui savouré l’une des stratégies de développement de l’entreprise «générale de bâtiment»  : « Un Brexit inversé ! Au moment où les Anglais veulent s’éloigner, vous les rapprochez. »

Des cuisines aux chantiers

Derrière cette inauguration en grande pompe, un patron tout sourire, Adem Beyazit. Certains l’ont d’abord connu à la tête d’un kebab rue du Camp de Droite, il y a une dizaine d’années. Déjà à l’époque, le Boulonnais d’adoption (depuis 2005), Turque d’origine, avait incontestablement la fibre du businessman. « Entre 2009 et 2012, j’avais doublé le chiffre d’affaires du restaurant. Je l’ai revendu avec une belle plus-value. »

« Un Brexit inversé ! Au moment où les Anglais veulent s’éloigner, vous les rapprochez »

Adem Beyazit est à présent à la tête d’un groupe qui se décompose en trois entités : Maxi Bât 62 pour le gros œuvre (47 salariés), Maxi Bât 62 Façade (qui vient d’être créée, des recrutements ne vont pas tarder) et Dourdin Bâtiment basée à Avion (rachetée très récemment pour élargir le rayon d’action de l’entreprise, les 43 salariés ont été conservés). « Notre objectif, c’est de créer des petites entités rattachées au groupe, pas plus d’une cinquantaine de salariés à chaque fois. »

Le rythme de croisière a été définitivement trouvé. Le capitaine du navire anticipe même une explosion du chiffre d’affaires du groupe dans les années à venir : « Il se situe actuellement entre 12 et 13 millions d’euros. »

La direction planche notamment sur le filon anglais, avec le concours de Thaddée Segard, président d’Opale Link, association qui cherche à renforcer les liens avec l’outre-Manche. Ce pourrait être un joli pied de nez, le Brexit étant sur toutes les lèvres.